La méthode Alexander

Frederick Matthias Alexander (1869-1955) était un comédien australien qui souffrait régulièrement d’aphonie et de gêne respiratoire, surtout pendant ou après des périodes de travail intense sur scène. Après s’être rééduqué seul en modifiant sa posture quotidienne, il développe une technique pédagogique pour guider l’élève dans son évolution.

A partir de 1931, il commence à former certains de ses élèves à enseigner sa technique, dans un cours intensif de trois ans en petits groupes d’apprentis. Cela reste le modèle de formation des professeurs de la Technique Alexander aujourd’hui. Il est alors consulté par les gens de scène et reconnu par de grands médecins pour ses résultats sur certaines pathologies. Il consacre le reste de sa vie à l’enseignement de sa méthode. La Technique Alexander est enseignée dans de nombreuses écoles d’art dramatique, de musique et de danse à travers le monde: Royal Academy, Guildhall et Central School à Londres, Juilliard School à New York, CNSMD de Paris, ENSATT à Lyon, etc.

Ne comportant pas d’exercices particuliers à répéter, la Technique Alexander se situe dans une démarche de prise de conscience, l‘élève apprend donc à cultiver un certain recul vis-à-vis de lui-même, une auto-surveillance bienveillante, qui lui permettra progressivement d’éviter les raccourcissements et les tassements au niveau de la colonne vertébrale.

Conformément aux observations d’Alexander mettant en évidence l’importance de la relation tête-cou-dos, cette relation peut être considérée comme étant la clef de voûte du comportement postural. En effet, les tensions posturales semblent très souvent se déclencher dans le cou, notamment autour de l’articulation atlanto-occipitale (où le crâne se pose sur la colonne) → Des chercheurs ont récemment prouvé son efficacité pour soulager les douleurs au niveau du rachis.

 

EN PRATIQUE

La méthode Alexander peut être enseignée au travers des cours de sport ( yoga, danse, et autres ) mais elle peut également servir au quotidien pour réajuster sa posture et soulager les tensions physiques dues à un mauvais positionnement.

  • Imaginez qu’un fil imaginaire vous tire par le haut du crâne.

  • Imaginez que vous avez une bande de scotch qui resserre les omoplates et abaisse les épaules, en les maintenant à l’horizontale et éloignées des oreilles.

  • Mettre le poids du corps plus dans les orteils que dans les talons.

  • Basculer le bassin légèrement vers l’avant en aspirant le nombril.

  • Rentrer légèrement le menton et reculer la tête pour aligner les cervicales.

  • Creuser un pont sous les pieds, appuyer sur la tranche externe du pied, pour garder la rotule dans l’axe de la jambe.

 

Juliette

Voir plus d’articles

Voir les cours et les stages

Voir le parcours de Juliette